IE6 n'est pas compatible.

Contactez-nous pour tout soutien quant à votre navigateur.

Vos idées de projets

il y a environ 3 années
Cette conversation est maintenant archivée. Vous pouvez toujours consulter les échanges en cliquant sur la question.

Décrivez-nous votre idée de projet. Dites comment ce projet contribuera à accroître la vitalité de la rue Sainte-Catherine Ouest. Commentez les idées des autres !

MU il y a plus de 2 années
MU propose la réalisation d’une série de murales en hauteur le long de l’axe Sainte-Catherine afin de contribuer à l’embellissement et la revitalisation de cette populaire artère commerciale durant les travaux de réaménagement qui marqueront les prochaines années.La proposition artistique de MU est de réaliser des petites murales en hauteur – utilisant l’esthétique typographique variée des anciennes publicités murales peintes –, mais dont le contenu serait tiré de poèmes, romans et chansons célébrant Montréal. Chaque murale serait unique, mais l’ensemble créerait une collection d’art public dont l’appréciation se ferait via un parcours déambulatoire tout au long de la rue Ste-Catherine Ouest.Ce projet solliciterait la contribution collaborative d’artistes-peintres, de graffiteurs, de graphistes et d’illustrateurs, soulignant de surcroît le travail d’autres artistes ayant célébré notre métropole!Le projet s’inspire d’une initiative similaire ayant connu un succès retentissant à Philadelphie (Love Letters, Stephen Powers/ESPO, 2009).Les murales typographiques et colorées contribueront à raviver le cachet d’antan de Sainte-Catherine, alors que le paysage était marqué par néons, marquises et couleurs éclatantes. Elles seraient également un clin d’œil humoristique à l’héritage montréalais d’enseignes et publicités peintes à même les murs.En plus de lutter contre la problématique des graffitis en hauteur, cette série pourrait s’inscrire dans le cadre des activités organisées en vue des célébrations du 375e de Montréal. Cette série d’art mural attirera le regard des passants en hauteur, permettant d’admirer l’architecture des édifices et de contempler les œuvres d’art, plutôt que de focaliser sur le chantier en cours. Ce projet sera un catalyseur de beauté tout autant qu’une création de contenu unique permettant aux Montréalais de se réapproprier fièrement leur Montréal, autant qu’aux touristes de la découvrir.Les partenaires potentiels d’un tel projet pourraient être l’arrondissement de Ville-Marie, Tourisme Montréal ainsi que la SDC Destination Centre-ville, les commerces et les entreprises qui y sont installées.www.mumtl.org
VoirLoin il y a plus de 2 années
Voici un extraordinaire occasion d'innover au centre-ville de Montréal... On peut se contenter de la réaménager, mais si on se creuse la tête, il y a probablement des bien beaux projets ambitieux que l'on pourrait oser si l'on se projète pour les 30-40-100 et plus années à venir....Je pense que les projets A,B,C et D restent conservateur, certe contemporains pour les projets C et D, mais en aucun cas visionnaires et innovants. Quand à dire que j'ai des idées innovantes, je suis loin d'en être sure. Je vais essayer...Le quartier 10/30 semble être le projet le plus innovant montréalais de ces dernières année au vu de son succès incontestable, bien que l'on ne puisse pas dire que l'en terme "environnemental" il le soit vraiment à ce jour. La création d'un second centre-ville à long terme, ou la vie risque de se densifier à long terme, pourrait devenir environnemental un jour ou l'autre. Une ville moins centralisée, mais dense, si elle vient à s'agrandir pourrait s'avérer tout de même intéressante à long terme. Bref, cette parenthèse pour dire que je pense qu'il faut se concentrer sur Montréal et ses habitants pour la rendre attractive. Que faire pour que la rue Ste-Catherine reste attractive à très long terme, sorte de l'ordinaire et se démarque des autres pôles d'attractions du Grand Montréal, du Québec, du Canada et du Monde.... Je pense encore une fois que l'on peut viser plus loin que mettre des voitures à double sens, et s'assurer du maintien de 480 places de stationnement sur rue.Mes idées : 1. Mettre la "Nordicité" au centre, comme on en parle si souvent, mais aussi notre été "chaud et humide", notre automne "des couleurs" et également le printemps : - les joies de la neige et de la glace en hiver. L'hiver est agréable quand on a pas froid et que l'on ne déneige pas sa voiture tous les jours, mais aussi quand on fait de la raquette, du ski, du patin, du hockey, des glissades, de la pèche, etc. - l'automne c'est se couleurs... les feuilles qui tombent, les pommes, etc. - l'été, c'est les terrasses, les glaces, les promenades, le vélo, les sports extérieurs (c'est sûr que j'en oublie là!) - le printemps c'est les bourgeons...2. La convivialité, le vivre ensemble, la rencontre, la poésie : "l'Art de vivre des Montréalais et de son centre-ville". Sainte-Catherine doit être la vitrine de ce pourquoi on reste à Montréal, ce pourquoi on veut venir passer une demi-journée à Montréal en famille ou entre amis plutôt qu'au 10/30 (pauvre 10/30). Montréal est magique et à son Art de Vivre. Osons. C'est en Osons être soit même que l'on devient attractif. - Au risque de me tromper mais : ce sont les quartiers, les terrasses, l'art, les artistes et les spectacles de rue, les ventes trottoirs, les fêtes étudiantes, les ruelles vertes, les patinoires extérieures pour des parties de hockey impromptues, les glissades, les tam-tam et ses gens qui dansent, la vie qui ne vit pas trop vite pour une grande ville, la mixité sociale, la mixité de langue, etc.3. Le beau : Mon parti pris, c'est que le beau doit être intemporel... Il doit être perçu comme beau aujourd'hui mais aussi demain et dans les 300, 1000 prochaines années. Léguons aux prochaines générations qu'ils n'aient pas envie de tout détruire. - Investissons dans du Beau et dans le soucis du détail. Le détails des finitions, les artistes et les artisans sont les maîtres pour percevoir cela pour nous. - Investissons dans la Nature : rien n'est plus beau à Montréal que ses arbres, ses fleurs, ses feuilles, sa neige, ses petites bêtes que l'on croise partout dans les quartiers...4. L'environnement et le développement durable : dépensons bien, construisons pour durer très longtemps, réutilisons, recyclons, évitons la consommation d'énergie et pensons à l'environnement, la nature, etc. Ayons une vision innovante et audacieuse. - Tout est dit plus haut.Quelles sont mes idées? Elle devraient venir en vrac, mais :1. Une rue vitrine, piétonne (avec des horaires pour les livraisons et un accès de 7h à 11h, à 25 km/h) dans la continuité de la place des arts.2. Une rue conviviale, charmante et ludique : petite terrasse, petites placettes pour s'arrêter et contempler (bancs, sculpture, "jeux anecdotiques" comme ces balançoires musicales derrières la place des arts" qui amène le jeu), des "coin du feu" parsemés pour se réchauffer ou se réunir.3. Un tronçon central qui se transforme en patinoire, en piste de ski de fonds, en piste cyclable ou de roller selon les saisons et les évènements : un mini canal Rideau Montréalais. Pourquoi pas des chevaux de temps à autre pour faire des courses. 4. Des arbres, des arbres, des arbres et des petits espaces verts. Pour la nature, pour s'abriter du soleil en été. Des plates-bandes pour récupérer l'eau de pluie. Des pommiers qui permettent aux gens de faire leur cueillette à l'automne... Des feuilles qui tombent et que l'on ne ramasse pas tout de suite.5. Pour l'accessibilité pour tous : locations de voiturettes ou autre.6. Et puis, pour le reste, je fais appel à votre inspiration!!!!! ;-)
Lamiedesanimaux il y a plus de 2 années
Avez-vous remarqué le nombre de locaux commerciaux à louer? Ça fait sérieusement pitié. Le problème, c'est que bien des petites boutiques qui voudraient ouvrir ne peuvent tout simplement pas payer 20 000$ par mois de location (oui oui, ils chargent réellement ce prix-là, pour plusieurs commerces, surtout proche de la rue Guy!). Et le pire c'est que les propriétaires ne font même pas d'argent puisque personne n'a les moyens de payer ce loyer. Si la ville veut réellement revitaliser la rue, il faudrait commencer par mettre un frein aux loyers astronomiques pour permettre à de petits commerçants de s'y installer, quitte à utiliser plusieurs locaux pour des "boutiques éphémères". Et les gens qui critiquent parce qu'il y a plein de sans-abri sur la rue... Peut-être que si les refuges pour sans-abri acceptaient les chiens, il y en aurait pas mal moins! Plusieurs sans-abri ont un chat ou un chien, c'est une réalité et il faut s'y adapter, c'est pas compliqué utiliser une pièce dans un refuge pour sans-abri et y mettre des box pour les animaux qui y passent la nuit.....
GuillaumeG il y a plus de 2 années
Politique de soutien des grappes: Lors de la mise en vente de grands complexes immobiliers le long de la rue Sainte-Catherine, la ville pourrait recevoir les différents projets d'investissement désireux d'obtenir son soutien et favoriser les projets regroupant les acteurs d'industries connexes en offrant aux meilleurs projets d'investissement des avantages financiers de type: prêt à intérêt uniquement (sans remboursement de capital) jusqu'à la première échéance, taux préférentiel jusqu'à la première échéance ou congé de taxes sur le bâtiment jusqu'à la première échéance.
FredG il y a plus de 2 années
Élargir les trottoirs (chauffants) sur la majorité de Ste-Catherine et maintenir seulement deux voies de circulations, une dans chaque sens, pour les autobus de la STM et les taxis seulement. Prévoir quelques débarcadères pour les taxis. Faciliter et maximiser l'utilisation des espaces de stationnements déjà existants et ceux à venir en périphérie de Ste-Catherine. Toutes ces mesures, ajouté au métro et au Réso de passages piétonniers intérieurs, rendront le centre-ville plus fluide et agréable. Les gens pourront venir au centre-ville en auto, mais devront laisser leur véhicule dans un pôle de stationnement, tout près, mais pas directement sur Ste-Catherine. Et une fois sur la Grande Dame, les piétons auront la priorité, il y aura de l'espace pour déambuler, des commerces et des magasins de toutes sortes, restaurants, cinémas, théâtres et spectacle en plein air, une longue rue plaisante et animé, bien desservie par le transport en commun et les taxis, mais sans l'encombrant trop plein de voitures personnelles.Si le réaménagement fait plus de place aux piétons et aux transport en commun, le projet sera une réussite. Avec la Place des Festivals comme épicentre, la Ste-Catherine est déjà une rue unique, riche d'une histoire plus que centenaire et profondément ancré dans la culture Montréalaise et Québécoise. Et ça, c'est un atout qu'aucun Dix/30 ne pourra jamais avoir.
Hide reply (1)
GuillaumeG il y a plus de 2 années
On a trop peu parlé des taxis dans cette consultation.
GuillaumeG il y a environ 3 années
Tourisme: s'assurer de maintenir les flux de touristes loin du centre-ville. La ville aux montréalais.
Hide Replies (4)
FredG il y a plus de 2 années
Je vous trouve bien sévère avec les touristes. Non seulement les touristes amènent de l'argent neuf dans l'économie, mais leur présence au centre ville est indispensable à sa vitalité.
Hide Replies (3)
GuillaumeG il y a plus de 2 années
Malheureusement, je vois mal comment je pourrais discriminer avec plus de finesse les différentes sortes de touristes. J'aime bien ceux qui cherchent à découvrir les petits lieux chers aux montréalais, mais je ne peux que m'opposer à ceux qui se promènent en chaussures de sport blanches et qui s'attroupent autour de supposés amuseurs de rue. Ces touristes, de même que les amuseurs qui vivent à leurs dépends n'ont pas leur place dans le coeur vivant de la ville.
Hide Replies (2)
FredG il y a plus de 2 années
À mon avis, le type de chaussure porter par les gens qui visitent notre ville n'a pas d'importance. Aussi, je me questionne sur la différence entre un amuseur de rue et un supposé amuseur de rue.
Hide reply (1)
GuillaumeG il y a plus de 2 années
Hé bien, ouvrez les yeux la prochaine que vous verrez un autobus voyageur débarquer des touristes, la chaussure de sport blanche prendra tout son sens. Pour ce qui est des amuseurs, je vous laisse le soin de débattre de cette nuance par vous-même. L'essentiel est que les amuseurs de rue interrompent autant le quotidien des résidents de la ville, que l'intellect des touristes qui les croisent. Ils ne sont, à mon sens, ni plus ni moins que des mendiants déguisés qui polluent, au même titre que ceux qui mendient réellement et avec plus d'intégrité, la vie urbaine.
GuillaumeG il y a plus de 2 années
Je crois que la ville de Montréal devrait revoir sa fiscalité foncière pour les stationnements non-construits et situés dans Ville-Marie en leur offrant de n'être taxés que sur la valeur de leur terrain et ce sur 25 ans. Ce serait un bel incitatif aux propriétaires de ces stationnements de construire des stationnements étagés sans être taxés sur la valeur de leurs constructions.
ElwarrariOumaima il y a plus de 2 années
Une piste cyclable à l'année longue pour l'hiver comme l'été.
Jerry il y a plus de 2 années
Piétonnisation complète à l'année!! Point final.Ça donnerait des possibilités d’aménagement publique incroyableLivraison le matin.
Jm il y a plus de 2 années
Proteger les facades et l'architecture de la rue, obliger le proprios a entretenir leurs immeubles. Proteger notre patrimoine bati, et pietonniser la rue en entier a l'annee. Ce qui aurait du etre fait depuis 50ans.
GuillaumeG il y a plus de 2 années
Retiré par modérateur - votre commentaire pourrait être considéré comme étant nuisible à la réputation d'une organisation et aussi être interprété comme une publicité pour une autre organisation.
sormanyp il y a plus de 2 années
L'Avenue Istiklal, à Istambul, est une des plus belles rues au monde, une des plus vivantes, et le coeur du quartier Galata-Taksim. La création de cette artère piétonnière (avec passage de tramways et de véhiculles utilitaires) a contribué à la vitalité de cet ancien secteur des ambassades qui aurait autrement dégénéré, avec le déplacement de la capitale à Ankara. Depuis que j'y suis allé, je rêve de voir naître ce genre de grande avenue à Montréal. La Sainte-Catherine aurait ce potentiel. Il suffit de voir son achalandage à toute heure du jour et de la soirée. Le quartier des spectacles a contribué à créer, en son centre, un vaste plateau de rassemblement. Pourquoi ne pas avoir le courage d'étendre ce projet piétonnier (avec transport en commun et voies cyclables à vitesse réduite), entre Peel et Saint-Laurent. Ou même, pourquoi pas, rejoindre à l'été le secteur déjà fermé entre Amherst et Papineau.Bref, créer ici un pôle d'attraction humaine avec un déambulatoire de quelques kilomètres. Quelque chose que ferait du coeur vivant de Montréal une aattraction unique en Amérique du Nord.
Jacquesl il y a environ 3 années
J’aurais vraiment préféré une option qui rendrait la rue à 100 % piétonne, mais je peux comprendre certaines contraintes.Donc mon choix sera l’option C avec quelques améliorations.Circulation de véhicules :Sur Sainte-Catherine :L’espace pour les véhicules serait comme suggéré de la largeur de deux voies et la circulation vers l’Est. La voie de gauche serait réservée à la circulation des autobus de transport urbain, des taxis, des véhicules de livraison et des véhicules d’urgence. (Ses véhicules devraient être électriques dès que disponible)La voie de droite réservée au débarcadère pour ces mêmes véhicules. Les trottoirs du côté droit seraient élargis à toutes les intersections afin de faciliter la traversée des piétons et de s’assurer qu’il n’y ait aucune circulation de véhicules sur cette voie.La permission de tourner à gauche ou à droite sur une rue transversale devrait être limitée à quelques intersections seulement (sauf pour les véhicules d’urgence en état d’urgence) afin de permettre une bonne circulation du trafic et ne pas nuire aux traverses de piétons.Sur De Maisonneuve :Le Métro et les vélos vers l’Est et l’Ouest, les autobus de transport urbain, les taxis, les véhicules de livraison et les véhicules d’urgence et tout autre véhicule vers l’Ouest.Sur Sherbrooke et René-Lévesque :Tout véhicule vers l’Est et l’Ouest.Stationnement :Il y a présentement 484 espaces de stationnement sur la rue. On parle de 10 000 piétons à l’heure à l’intersection McGill / Sainte-Catherine. Il y a plus de chances de gagner à la loterie que de trouver un espace de stationnement. Donc qu’il y en ait 0 ou 484, ça n’incite personne à se déplacer pour stationner sur cette rue.Je suggère la construction sur les rues transversales de 4 stationnements sous-terrain et/où étagés d’environ 500 cases chacun, répartis sur la longueur de la rue Sainte-Catherine.Ces stationnements gérés par stationnement Montréal avec le système de parcomètre. Certaines cases de stationnement seraient munies de chargeur pour voiture électrique. Des sections seraient réservées pour les vélos.Aires de service :Afin de faciliter la vie des consommateurs, j’aménagerais des aires de service au Rez-de-chaussée de chacun des édifices de stationnement, par exemple : Des toilettes publiques, un service de location de poussettes ou chaises roulantes, un service de vestiaire avec casier etc. Les trottoirs sur Sainte-Catherine:Les trottoirs très larges où on pourrait installer des aires de repos publics avec espaces d’expositions culturelles. Des espaces terrasses pour les commerçants. Des arbres, arbustes et fleurs.Les rues transversales.Afin de bien gérer le trafic, les rues transversales devraient avoir des vocations spécifiques.Certaines rues privilégiées pour les accès aux 4 édifices de stationnement. D’autres pour les entrées et sorties des véhicules ayant le droit d’accès à la rue Sainte-Catherine et d’autres pour la circulation qui traverse le quartier pour passage seulement, tel que l’accès à l’autoroute Ville-Marie ou aller vers d’autres quartiers.
GuillaumeG il y a environ 3 années
Architecture: Le Québec est reconnu pour son architecture de «blocs bruns», je crois que les nouveaux projets architecturaux le long de la rue Ste-Catherine devraient faire l'éloge de la brique brune et du béton, mais de façon contemporaine. L'architecture extérieure des bâtiments situés le long de Ste-Catherine devrait répondre à un code esthétique pré-établi de façon à éviter la construction d'ouvrages venant «briser» l'esthétique des bâtiments adjacents. La rue Ste-Catherine accueille plusieurs magasins de grandes chaînes, cette tendance devrait être renforcée de façon à déloger les petits commerçants n'ayant pas les reins assez solides pour contribuer par leur facade et leurs vitrines à maintenir le calibre du centre-ville de Montréal comme première destination de magasinage au Québec. L'usage de grandes baches en façace (ex: boutique Bell) devrait être incité de façon à mieux réfléter la vocation commerciale de l'artère. L'usage d'écrans publicitaires vidéos devrait continuer à être interdit au profit de l'imprimé.
Hide Replies (2)
marcperr il y a environ 3 années
L'intérêt esthétique d'une rue peut provenir de son homogénéité lorsque celle-ci est unique, historique, recherchée. Ce n'est pas le cas sur Sainte-Catherine. Sur Sainte-Catherine, l'intérêt esthétique vient de la singularité et de la diversité. Créer un code pré-établi (et il en existe déjà un, en fait, la ville de Montréal est immensément trop stricte sur la réglementation des façades) tuerait toute innovation architecturale et serait la meilleure solution pour que Sainte-Catherine ne soit jamais un intéressant lieu d'architecture dans le monde. Par ailleurs, le Québec n'est nullement "reconnu" pour ses blocs bruns. Au contraire, c'est notre tendance au "bloc brun" qui fait en sorte que nous ne sommes pas reconnus.
Hide reply (1)
GuillaumeG il y a environ 3 années
Très bien, j'aurais dû dire que les «blocs bruns» sont le caractère distinctif de Montréal. L'architecture contemporaine rend les villes toujours plus anonymes. Je maintiens qu'un code esthétique beaucoup plus stricte devrait être créé. Nos architectes sont des poètes de la brique brune, ils ont une expertise en ce domaine. Je crois que leur talent devrait être mis en exergue plutôt que de les forcer à créer des bâtiments ludiques qui ne passeront pas le test du temps.
Carole Dupuis il y a environ 3 années
Sur quoi doit-on miser pour assurer la vitalité de la rue Sainte-Catherine Ouest? Sur un environnement physique de haute qualité, propre et bien entretenu, sur le verdissement, sur un aménagement qui crée une multitude d'espaces de rencontres, sur une offre culturelle et commerciale de haut niveau. Dans le cas des commerces, il faut trouver des moyens pour maintenir des loyers que les commerces indépendants peuvent payer, pour éviter de se retrouver avec des chaînes qui enlèvent tout caractère distinctif aux rues commerciales. Donner la rue aux piétons afin qu'ils l'animent, la fassent vivre, y puisent leur sentiment d'appartenance à la ville et en assure la prospérité.
Jonathan il y a environ 3 années
Montréal doit éviter que la Sainte-Catherine devienne une deuxième Plaza St-Hubert avec une série de commerce bas de gamme. Montréal doit s'assurer de retenir les boutiques et commerces qui font la fierté de cette artère. L'exode des commerces vers Laval et Le Dix/30 doit être évité. L'arrivée de plusieurs nouvelles tours de condos aux abords du Centre Bell devrait aider les boutiques et les commerces environnants. La rue Sainte-Catherine ne devrait pas servir de stationnement. Elle devrait être un large espace piétonnier, cycliste, vert, comportant de nombreuses terrasses vivantes et de styles variés.Par contre, le stationnement devrait être facilité au centre-ville, avec la construction de nombreux stationnements sous-terrains qui n'enlaidiraient pas le paysage. Il faut que les gens de partout au Qc aient envie (et la possibilité) de venir magasiner, souper et fêter sur la Sainte-Catherine. Les commerces de qualité vont vivre si les clients viennent de partout au Québec magasiner dans leurs commerces et les gens vont venir magasiner sur Sainte-Cath s'ils peuvent se rendre facilement et se stationner sans trop de misère.Qu'on maximise le stationnement sous-terrain, qu'on fasse de larges espaces piétonniers verts avec des terrasses à l'extérieur et qu'on s'assure de garder les boutiques, restos, bars et commerces haut de gamme qui font la réputation de la Sainte-Cath. Ce n'est pas avec des futureshop et des dollarama qu'on va sauver cette artère. Il y en a dans toutes les villes du Québec des boutiques comme ça. Ça prend des commerces, des restos et des boutiques qu'on ne trouve pas ailleurs!
Camille il y a environ 3 années
La mise en valeur des beaux édifices,l'amélioration des espaces verts et des places,un meilleur aménagement des coins de rue,voilà des gestes qui mettraient la rue en valeur.Une rue fermée a l'automobile ressemblera vite a la rue Prince Arthur avec ses commerces et restaurants bas de gamme.Sainte-Catherine doit demeurer la rue par excellence pour magasiner et elle doit pouvoir attirer tous les types de citoyens incluant ceux qui y viennent en auto.Parkings souterrains et en hauteur aux abords sont des solutions que les villes européennes ont adopté depuis longtemps autour de leur centre-ville.
Hide reply (1)
marcperr il y a environ 3 années
Sainte-Catherine et Prince-Arthur ne sont d'aucune façon comparables. Contexte différent, clientèle différente, quartier différent, densité différente, intérêt touristique différent, offre (qualitativement et quantitativement) différente, horaires des usagers différents, cadre bâti/architectural différent.... bref, il n'y a aucun risque que la rue Sainte-Catherine entièrement piétonne ne ressemble un jour à Prince-Arthur. Au contraire, ce serait un vif succès, comme le sont des rues comparables à Stockholm et Copenhague. Pour qu'une rue piétonne soit un succès, il lui faut de la diversité (horaires d'usagers, types d'activité, loisirs, mobilier, architecture, offre de commerces, environnement de travail et de vie, etc). Prince-Arthur n'a pas ça. Sainte-Catherine l'a.
GuillaumeG il y a environ 3 années
Mécanique du bâtiment: les bâtiments situés le long de l'artère devraient bénéficier de subventions de la ville afin qu'ils retirent ou re-localise les conduits qui sont visibles en façade. La taule ondulée devrait être interdite et retirée des bâtiments qui en sont recouverts. Un programme de ravalement de façade devrait également être offerts aux propriétaires des plus beaux immeubles. Les bâtiments jugés délabrés devraient être revampés afin de ressembler aux immeubles adjacents. Les bâtiments n'ayant qu'une petite ouverture en façade (une porte ou un porche) devrait être forcés d'utiliser le même matériau de revêtement que l'un des deux bâtiments auxquels ils sont adjacents. De manière générale, un sentiment d'uniformité entre les bâtiments devrait être davantage présent. Cela passe par les revêtements, les toitures, les recouvrement de sol (à l'entrée des bâtiments), le fait d'éviter les couleurs non-naturelle, etc.
GuillaumeG il y a environ 3 années
Environnement: chacun s'entend pour dire qu'il devrait toujours y avoir plus de verdure. J'aimerais que les végétaux soient utilisés de façon contemporaine et qu'ils se présentent comme seuls éléments «publics» colorés de la future artère. Le style d'architecture paysagère retenu devrait donner l'impression d'une ville contemporaine, plutôt que bucolique. La végétation et le mobilier dans lequel elle se présente aujourd'hui le long de la rue Ste-Catherine donne l'impression d'un paysage bucolique dépassé et grotesque.
GuillaumeG il y a environ 3 années
Développement durable: plusieurs des objets et matériaux utilisés aujourd'hui sont retenus pour leur caractère durable. À mon avis, une réalisation est durable surtout si la qualité de son apparence fait en sorte qu'on souhaitera la préserver. Un objet trop contemporain peut avoir l'air dépassé après quelques années, même s'il a été produit à l'aide de méthode et de matériaux durables. L'utilisation de matériaux sobres et l'emploi d'une esthétique actuelle, mais conservatrice devrait être privilégiée dans l'optique d'un projet durable. Les couleurs vives devraient être évitées, ou bien utilisées dans les matériaux et objets ayant un cycle de vie plus court.
GuillaumeG il y a environ 3 années
Démographie: d'ici quelques années, les boomers cèderont leur place dans la société au profit de nouvelles générations qui n'ont pas contribuées à l'essor de la société telle qu'on la connaît aujourd'hui. Au Québec, les boomers ont majoritairement adopté un mode de vie basé sur les déplacements en voiture et sur l'étalement urbain. Je crois que les nouvelles générations pourraient délaisser les banlieues au profit de la ville. Il y a un grand déséquilibre entre les sommes qu'ont amassés les boomers et leur mode de consommation très modéré. Je crois qu'une fois qu'ils auront hérité des avoirs des boomers, les jeunes générations pourraient être amenées à ré-investir dans un mode de vie plus urbain, davantage orienté vers le loisir et le divertissement au quotidien. Dans cette optique, le centre-ville que nous préparons pourrait devoir accueillir une génération prête à dépenser davantage et ce au quotidien. Un retour en force du féminisme me semble également inévitable dans la mesure où ces héritiers des nouvelles générations n'ont pas tous connu la force du mouvement féministe pendant les années '80 & '90. À mon avis, la société québécoise est appelé à une grande transformation une fois que les boomers seront décédés. Nous aurions avantage à offrir une moindre place aux considérations et attentes des boomers dans l'élaboration d'un nouveau centre-ville montréalais.
AlainC il y a environ 3 années
j'aimerais bien plus de verdure, des terrasses pour restaurants, mais il ne faudrait pas oublier, que la rue Ste-Catherine est en compétition avec la banlieue et que déjà maintenant le manque chronique de stationnement, fait très mal aux commerçants, alors, si nous voulons faire de cette rue un succès, il faudrait investir dans les solutions qui amèneront, non seulement les gens de la banlieue et du centre-ville a vouloir se déplacer pour y vivre une expérience AGRÉABLE et même Hors du commun, si c'est pour avoir la même expérience que la ou c'est facile d’accès et sans aucun autre incitatif (même magasins, même offre) pourquoi est-ce que quelqu'un se taperais un cauchemars pour y vivre la même chose qui lui est offert ailleurs, cauchemars en moins.De plus, pourquoi un commerçant, y dépenserais une fortune en loyer, si les gens qui veulent consommer son produits, ne veulent ou ne sont pas près a mettre un effort supplémentaire pour y venir, quand ils ont déjà accès aux même commerces ailleurs et avec facilite.Comme société, Nous avons permis l’étalement urbain, sans vouloir investir dans les transport urbain et inter urbain, alors maintenant, les centre-ville doivent se battre avec la banlieue, sans que pour autant ont leur donne les moyens de le faire, alors, j'oser espérer que les moyens y seront pour offrir les outils pour compétitionner, sinon ce ne sera que du maquillage et une mort assurée pour cette rue, comme toutes les autres qui ont déjà subit ce sort, St-Laurent, St-Denis, Parc, Mont-Royal.......Voici mon cote cynique, que je ne peux cacher.La ville a déjà dit qu'elle n'avait pas beaucoup de budget pour ce projet, ça augure mal! j’espère me tromper. ce que cette rue a besoin, ce n'est pas des piétons et des cyclistes, mais des clients qui ACHÈTENT. les arbres, les piétons, les cyclistes, OK mais ça ne fera vivre personne alors on devrait invertir dans des paravent géants pour cacher toutes les devantures des commerces et faire un parc, sans commerce, si c'est cela que l'on veux. se serais plus honnête de dire que les commerçants qui paient des taxes ne sont pas le bienvenu. Tous ceux que j'entend, disent qu'ils veulent des gens qui se promène, mais pas de voitures, alors je leur dits, qui va venir, si on ne veux pas leur permettre de venir et que le transport n'est pas adéquat, il y a des gens qui rêvent an couleur... et oui l'argent ne tombe pas du ciel et ne pousse pas dans les arbres,pour les gens qui compare Montréal et regarde les villes Européennes en exemple, oubli le facteur numéro 1, il y des transport en commun partout, même le plus petit village en banlieue a accès a des trains toutes le 15 minutes et presque toutes la journée, alors tu peux partir de chez toi a pieds et te rendre au centre-ville en 15 a 20 minutes et revenir pareil, a Montréal aller a Dorval prend 1 heure de transport, il faut même pas penser se rendre au travail dans un parc industriel a Lachine, pas de transport alors imaginer si les gens peuvent pas se déplacer pour aller travailler, comment vont-ils venir magasiner au centre de la ville? Donc on n'as pas fait ses devoir pour le transport en commun, nous devons subir les dépenses pour les AUTOS AU CENTRE DE LA VILLE il faut absolument faire des stationnements incitatifs facile pour les automobilistes et assurer une navette sur la rue si l'on veux renverser la vapeur. OU dépenser les centaines de milliards dans les transport en commun pour que les gens n'aient pas a utiliser leur voitures.
gabrielles il y a environ 3 années
Favoriser les piétons et les cyclistes seraient probablement très bénéfique pour la vitalité de la rue Sainte-Catherine Ouest. De plus, le verdissement de cette rue serait une véritable opportunité de lutter contre les îlots de chaleur urbains du centre-ville, en plus d'offrir un environnement de qualité pour les travailleurs du secteurs, les commerçants et les consommateurs. Avec une littérature scientifique abondante sur le sujet, je ne crois pas qu'il est nécessaire d'élaborer davantage sur les impacts directs et indirects des espaces verts en milieu urbain. Enfin, ce secteur représente un milieu pouvant bénéficier d'un verdissement et ce, en accord avec le Plan d'action canopée de la Ville de Montréal.
GrandGalop il y a environ 3 années
La piétonnisation demeure en soit une particularité qui donnerait à la Sainte-Cath une personnalité qui lui serait propre. Une promenade commerciale à ciel ouvert en plein centre-ville.Il est vrai que certain commerces actuels pourraient ne pas trouver leur place dans ce nouveau caractère, mais il est prévisible que l'offre commerciale se corrigera d'elle-même.